Aller au contenu principal

L'espace des experts

Résidus de médicaments

Une pollution invisible mesurée par Tame Water

Résidus de médicaments

Résidus de médicaments

Une pollution invisible mesurée par Tame Water

Résidus de médicaments

Les résidus de médicaments correspondent aux rejets de médicaments dans l’environnement. 
Aujourd’hui, la France est un des plus gros consommateurs de médicaments dans le monde. Plus de 3000 principes actifs à usage humain et 300 à usage vétérinaire sont actuellement disponibles sur le marché français. 
Il existe une grande variété de familles de médicaments à usage humain et vétérinaire :

  • antiépileptiques (carbamazépine), 
  • anti-inflammatoires et antidouleurs (ibuprofène, diclofénac), 
  • anxiolytiques (oxazepam), 
  • antibiotiques (sulfaméthoxazole), 
  • traitements hormonaux (épiandrostérone, estradiol)…

Ces molécules médicamenteuses que l’on retrouve dans les eaux ont plusieurs origines :

  • la majorité de ce type de polluants est imputable à nos propres rejets corporels (par voie urinaire ou fécale),
  • l’élimination de médicaments périmés dans les toilettes et lavabos,
  • les rejets des animaux d’élevage (urines et excréments), de résidus de médicaments utilisés pour les soigner ou pour faciliter leur croissance, 
  • les rejets industriels (industrie pharmaceutique) ou hospitaliers.

Les niveaux de concentration dans les eaux naturelles varient selon la stabilité chimique, la biodégradabilité, les caractéristiques physico-chimiques des molécules et les performances des stations d’épuration. 

Les enjeux liés aux résidus de médicaments

La présence de résidus médicamenteux dans les eaux de consommation constitue une préoccupation importante pour la communauté scientifique et les pouvoirs publics.

Résidus de médicaments

Des résidus potentiellement dangereux

Même si les concentrations dans l’eau sont très faibles, il est constaté que certains de ces résidus de médicaments ont des effets mesurables sur différentes espèces aquatiques (en particulier poissons et batraciens). Les résidus de médicaments sont donc considérés comme des polluants susceptibles d’affecter la qualité des milieux aquatiques. La vigilance vis-à-vis de ces produits est donc nécessaire. La consommation de médicaments à très faible dose sur des durées prolongées ou par effet cocktail peut avoir des effets toxiques sur notre santé. Avec le temps, les molécules de résidus médicamenteux peuvent atteindre la nappe phréatique et se retrouver dans l’eau destinée à la consommation.

Des polluants non traités

Les stations d’épurations actuelles ne sont pas en mesure de traiter les micropolluants à l’état de traces comme les résidus de médicaments. Les taux d’élimination au sein des STEU sont très variables selon les molécules.

Les limites des méthodes classiques

Malgré la prise de conscience de ce type de pollution, les normes de surveillance de l’eau n’ont pas encore assez évolué. Sujet de nombreux plans nationaux et européens, ces résidus de médicaments posent des questions. Leur très grande diversité de structures chimiques et la méconnaissance de leurs effets potentiels rendent complexe la mise en place d’analyses physico-chimiques réglementaires.

CE QU’IL FAUT RETENIR

  • Ces molécules potentiellement dangereuses dans l’eau sont surveillées 
  • À date, pas ou peu de normes existantes pour ces molécules présentes dans l’eau

L’APPORT DE TAME-WATER

Avec son approche innovante basée sur des panels bioessais, Tame-Water évalue les impacts de micropolluants potentiels présents dans l’eau sur des organismes vivants sensibles aux résidus de médicaments.

Via certaines prestations spécifiques réalisées en laboratoire, Tame-Water évalue les effets des concentrations de toxiques chimiques dont ceux liés à la présence de ces résidus médicamenteux.

Contacter Tame-Water

par e-mail +33 (0)2 51 41 41 53



26 rue du Bocage
85660 Saint-Philbert-de-Bouaine
FRANCE

Contacter Tame-Water

par e-mail +33 (0)2 51 41 41 53

Suivre Tame-Water

Souscrire à la newsletter

Restez informé sur l'actualité de Tame-Water en vous abonnant à la newsletter

S'abonner
The website encountered an unexpected error. Please try again later.